search-form-close

Le marché algérien reste une opportunité pour les exportateurs français

Malgré les dernières décisions concernant les importations, le marché algérien offre encore des opportunités pour les entreprises étrangères. Dans une note en date du 5 avril, l’assureur-crédit Euler Hermes rappelle que l’économie algérienne paie la faiblesse durable du prix des matières premières, mais qu’elle continue toutefois de croître. Il existe, par conséquent, des opportunités à saisir pour les entreprises françaises sur ce marché.

Alors que l’Algérie cherche à réduire sa dépendance aux importations pour rééquilibrer sa balance commerciale, l’assureur-crédit estime que « la demande additionnelle adressée à la France en 2017 en provenance d’Algérie s’élèvera respectivement à +400 millions d’euros ».

Euler Hermes précise que les biens d’équipement, qui constituent 40% des exportations de la France vers l’Algérie (et 30,67% des importations totales de 2016), devraient être les principaux bénéficiaires de cette demande additionnelle, « avec des opportunités additionnelles à saisir à hauteur de +100 millions d’euros en Algérie ».

L’assureur-crédit rappelle en outre que « les recettes liées aux hydrocarbures sont moins importantes qu’auparavant », et « que le gouvernement n’a pas réduit ses dépenses de soutien à l’économie ». Résultat, « le déficit budgétaire s’est creusé, et a atteint -12,9% du PIB en 2016 ». Mais, analyse Stéphane Colliac, économiste en charge de l’Afrique, « la dette publique reste contenue à 13% du PIB en 2016, ce qui est rassurant ». À court-terme, la croissance de l’Algérie devrait rester plus modérée que par le passé, à +3% en 2017, comme en 2016, précise cette note.

En 2016, les importations algériennes ont diminué de 9,62% par rapport à l’année 2015, passant de 51,7 milliards de dollars US à 46,72 milliards de dollars US, indiquent les statistiques officielles définitives du ministère des Finances et les Douanes. La France, deuxième partenaire commercial (derrière la Chine) avec une part de marché de 10,15%, a enregistré une baisse de ses exportations de 12,59%. L’Hexagone a ainsi réalisé 4,7 milliards de dollars d’exportations dans le pays.

close